28 novembre 2010

Tupiza

Décidés à partir ce soir pour Tupiza, nous allons à la gare routière, pensant prendre le bus de 18h. Malheureusement il ne reste que les dernières places au fond du bus. Nous avons déjà expérimenté cela une fois, c'est l'horreur car ce sont les seuls sièges qui ne s'inclinent pas. Et les voisins de devant ne se gênent pas pour descendre leur siège sur vos genoux ! Pendant 11h ça risque d'être un peu pénible !
Heureusement il y a quelques jours en quittant Potosi nous nous sommes informés sur les bus pour Tupiza et nous savons que le dernier part vers 21h. Comme Potosi est de toute façon sur le chemin, nous n'hésitons pas et sautons dans un taxi collectif qui nous dépose 2h30 plus tard au nouveau terminal de Potosi que nous connaissons bien. Là, nous achetons les derniers billets pour Tupiza et le voyage commence dans l'un des pire bus semi-cama que nous ayons jamais pris. Cela dit quand même bien plus confortable que le bus qui partait de Sucre.
Peu importe car c’est notre dernier bus au Pérou, et l'excellente réputation des bus Chiliens et Argentins est déjà arrivée à nos oreilles.

Le bus arrive à 3h du matin (au lieu de 6 comme prévu) et à l'arrivée nous rencontrons Sylvia. Méfiants comme toujours lorsqu'on se fait aborder à l'arrivée dans une nouvelle ville, nous la suivons jusqu'à un hôtel bon marché (25bol soit 2,5€ par personne). Elle ne travaille pas pour l'hôtel mais pour une agence de tourisme ce qui nous rassure (concernant l'hôtel). Nous terminons la nuit dans un bon lit ce qui nous fait le plus grand bien.

Dès 8h, après un bon petit déjeuner sur le marché, nous commençons à prospecter les agences de tourisme et à aborder tous les gringos que nous croisons. S'ils ont déjà fait le Salar d'Uyuni c'est la meilleure source d'information sur les agences, dans le cas contraire nous pouvons former un groupe pour obtenir de meilleurs prix.
Le Lonely planet nous conseille de faire très attention au choix des agences. Pour une fois, il a raison. En effet, nous apprendrons plus tard qu'il y a un an et demi, deux jeeps se sont percutées tuant 13 personnes, principalement des touristes israéliens et 3 japonais. On pense que l'un des chauffeurs s'était endormi au volant.
En principe les guides-chauffeurs ont de l'expérience, ils commencent à se familiariser avec le parcours comme cuisiniers puis ils accompagnent un autre véhicule pendant 3 ans. Nous avons croisé des groupes conduits par des très jeunes (adolescents) ce qui montre que certaines agences ne sont pas sérieuses. Depuis notre arrivée à Tupiza, nous avons vu beaucoup de jeunes travailler. D'abord dans la compagnie de bus qui nous a amené, puis lors de notre randonnée à cheval, notre guide était un jeune qui a d'ailleurs fait une chute. Mais partir 4 jours dans le désert emmenés par un gamin, quelle folie !


Nous espérons partir avec Gaëlle et Thomas, rencontrés un peu plus tôt à Sucre et qui vont également à Atacama juste après, mais malheureusement nous n'arrivons pas à les joindre. Nous attendrons des nouvelles de leur part jusqu'à la dernière minute, mais finalement, ne sachant pas quel jour ils arrivent, nous  partirons sans eux.
P1060385
Après la visite des agences, nous passons la fin de l'après-midi à cheval. La région de Tupiza est magnifique et ressemble à un décor de western.
P1060437

Aucun commentaire:

Publier un commentaire