28 janvier 2012

Quelques jours à Saigon, visite des tunnels de Cuchi

Pendant la guerre du Vietnam, les Viêt-Cong utilisaient des réseaux de tunnels pour se cacher, se protéger des bombes et combattre les américains. Nous partons visiter une partie de ces installations (certainement une reconstitution) à Cuchi, proche de Saigon. La visite – très encadrée - commence par un documentaire sur la guerre du Vietnam. Le film débute avec de longues scènes d’un village idyllique qui n’a visiblement jamais connu la guerre ni la faim car les arbres sont gorgés de fruits murs, les villageois vont piqueniquer en vélo et profitent de a vie. Les écoliers sont studieux et tout le monde est heureux.
Soudain des diables arrivent : ce sont les soldats américains qui viennent tuer les enfants. Alors les courageuses écolières prennent les armes, une jeune et belle jeune fille montre l’exemple. On la voit telle une actrice hollywoodienne ramper dans la boue, tuer les soldats et détruire un tank, toujours très belle.
Reconstitution "fidèle à l'histoire officielle" : le soldat Viêt-Cong typique :
P1090973

Nous visitons les installations et rampons dans les tunnels qui sont très étroits.
P1090967
De nombreuses armes sont exposées ainsi que les restes d’un vieux tank. On nous assure que c’est celui que la jeune fille du film a détruit.
P1090975

P1090980On nous fait la démonstration de toutes sortes de pièges cruels cachés dans la jungle et destinés à mutiler les soldats ennemis sans les tuer (la version artisanale des mines anti-personnelles). Evidemment on nous assure que tous les vietnamiens connaissaient l'emplacement de chaque piège, donc seul l'ennemi était touché !


P1100105

On nous propose avec insistance d’essayer le stand de tir mais les prix sont exagérément élevés et les méthodes déplaisantes. Le seul lieu autorisé pour la pose déjeuner se trouve juste à côté des stands de tirs. Les premières déflagrations sont assourdissantes mais après une demi-heure de « repos » on s’habitue aux rafales d’AK47.

Le lendemain nous visitons la ville, ses palais, la cathédrale, la poste construite par Eiffel, et le musée de la guerre qui n’hésite pas à baptiser une salle "the historical truth" pour présenter la vérité unique officielle de la république socialiste, celle que tous les enfants du pays apprennent à l’école !


Le soir nous allons danser la salsa. Il est amusant de noter qu’ici, la salsa se danse dans les lieux les plus chics et les quartiers prestigieux de la ville !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire