02 juillet 2012

Quelques jours à Luang Namtha, vivant et travaillant parmi les locaux

De retour en ville nous nous installons chez Sai, le jeune responsable de l’agence.
Il vit avec sa femme, enceinte de 8 mois, dans le prolongement du local de son agence, un espace de 20m carrés très encombré avec des matelas au sol et des moustiquaires.

Sai et sa femme nous invitent à prendre chaque repas chez eux. Nous sommes parfois rejoints par un cousin ou un neveux. C'est l'occasion pour nous d'en apprendre plus sur les usages locaux.
P1140540
Il n’y a pas de douche et on fait sa toilette dans les WC en s’aspergeant avec un bac d’eau.
La première nuit, il pleut beaucoup et l’eau traverse le toit à certains endroits.

Sai nous avoue être jeune et sans aucune expérience pour la gestion d'une agence de tourisme. Nous profitons donc de ces quelques jours pour essayer de l’aider. Mais les différences de culture et de mentalité rendent parfois les choses difficiles. Il a par exemple beaucoup de mal à accepter la façon dont les occidentaux expriment – en tant que client – leur mécontentement au prestataire qu’il est. Pour lui, se plaindre oralement est impoli et les touristes qui osent exprimer (gentiment mais avec insistance) leur opinion devraient aller en prison !

P1140537
Nous réaménageons sa boutique pour la rendre plus que les touristes le voient de loin et soient encouragés à y rentrer. De plus nous y installons un espace bar comme il le souhaite pour inviter les clients à passer un moment ensemble de retour de trekking ou permettre un moment de convivialité sachant que le monde attire le monde. Mais je me sens abattu et découragé lorsque finalement il se ravise et décide de refermer ce local pour pouvoir s’y cacher lorsqu'il y dort et ranger facilement sa moto dedans pendant la nuit… Nous n'avons décidément pas les mêmes priorités ni la même vision du travail. Pour lui, il s'agit d'attendre les clients passivement à longueur de journée, assis ou allongé. Evidemment ça ne marche pas car la concurrence est dure !

D’un autre côté il semble nous avoir compris lorsque nous lui l'aidons à organiser et améliorer l’accueil des touristes au sein des communautés villageoises.

Après encore quelques jours vécus « à la laotienne » nous sommes bien heureux de retrouver le confort d’une guesthouse avec un lit propre et une douche !

Le marché de nuit de la ville est le lieu où se croisent tous les touristes et un certain nombre de locaux. En effet, on peut y manger des plats bons et variés pour seulement 1€ dans un cadre agréable.
Nous rencontrons un français sympathique et pas tout jeune qui voyage avec sa femme malgache et leur jeune fille. Nous leur donnons quelques conseils, passons de bonnes soirées ensemble et ils nous invitent à Madagascar.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire