26 décembre 2010

Treking des "Baños de Caulle" (jour 1)

Le 26 vers midi, après avoir pris un peu de temps pour écrire le blog sur le vieux Windows 98 de l'hôtel, nous repartons tranquillement pour Osorno.
P1080039
Là, nous faisons le plein de nourriture pour les 4 jours à venir.
A 15h en sortant du supermarché nous pensons avoir raté le dernier bus de la journée pour le parc de Puyehue (situé à 100km) et commençons à nous demander comment y aller. C’est alors que par une chance incroyable nous le voyons passer dans la rue juste devant nous ! Complètement par hasard, nous étions sur son trajet et il était en retard ! Nous réussissons à monter dedans.
Nous arrivons à l'entrée du parc vers 17h. Par chance (encore une fois) nous trouvons là un restaurant qui accepte de garder nos affaires inutiles (plus de 10kg!) jusqu'au retour, 4 jours plus tard.
Il est déjà 17h30 lorsque nous prenons la route du premier campement qui se trouve beaucoup plus haut, au pied du volcan. Heureusement c'est l'été et la nuit tombe tard, mais quand même, c'est un peu juste. Le temps est assez nuageux avec du brouillard mais la météo annonce du très beau temps d'ici 1 à 2 jours.
La route est d'abord bien indiquée, nous traversons une forêt
P1080204
…puis une clairière
P1080211
…puis à nouveau une forêt

Là, ca se met à grimper très fort et il n'y a plus du tout d'indication. A 20h nous grimpons toujours (au total plus de 1000m ce soir là), il n'y a toujours aucune indication, nous sommes dans un épais brouillard et la nuit commence à tomber. Malgré de gros doutes nous continuons car il est trop tard pour faire demi-tour. Nous suivons tantôt un sentier, tantôt le cours d'une rivière. L'érosion est telle qu'il est difficile de les distinguer : sur ce terrain pendu un sentier se creuse vite avec le ruissellement et l’érosion si bien qu’il finit par ressembler au lit d’une rivière. Ainsi, par moments, le sentier s'enfonce dans une tranchée de plus de 2m !
P1080199
Il déjà fait presque nuit et il se met à pleuvoir. Nous sommes en train de chercher un endroit plat pour installer un campement d’urgence quand nous sortons enfin du bois et apercevons vaguement quelque chose dans le brouillard. C'est le refuge, nous sommes finalement arrivés !

Nous plantons la tente et nous installons, bien heureux de poser nos gros sacs après avoir grimpé ces 1000m interminables. Il y a un vieux refuge en bois et un abri mais les gens ont préférés camper à l’écart. Nous nous cuisinons un bon repas dans le refuge, au sec et à l’abri de l’humidité puis allons nous coucher. Il pleut une bonne partie de la nuit mais cela ne nous dérange absolument pas.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire