17 janvier 2012

Visite de Kontum

Nous partons de bonne heure à la recherche d’un moyen de transport pour visiter la région et les villages de minorités environnants. Le lonely planet indique un office de tourisme auquel nous nous rendons à pieds. En chemin nous croisons Dinh, l’un des jeunes parlant bien anglais de la veille.

Nous continuons notre chemin dans un bruit incessant de klaxons jusqu’à l’office de tourisme qui s’avère être une agence de tourisme gouvernementale. La meilleure façon de découvrir la région est à moto mais l’unique option qu’on nous propose semble hors de prix : 40$ pour deux.

En plus personne ne parle anglais dans ce bureau. Heureusement un jeune de passage nous aide. Non seulement son anglais est bon, mais il a travaillé ici comme guide dans le passé. Il pense également que les prix sont exagérément chers. Avec son aide, nous essayons de négocier, sans succès. Il nous explique les travers du système de tourisme géré par l'état et les raisons pour lesquels il est partit.

La meilleure alternative serait de louer une moto et de nous débrouiller tous seuls, mais après avoir vu plusieurs accidents et surtout la façon dont les minibus conduisent n'hésitant pas à pousser les motos sur le bas coté, nous excluons cette option. Reste la possibilité de trouver un guide indépendant. Nous demandons une carte mais on nous répond en ricanant qu’il n’y en a pas. Notre ami nous indique un hôtel qui aurait ouvert un petit bureau de tourisme. Mais arrivés là, pas d’agence ! L’hôtel nous donne quand même une carte, et nous passons le reste de la journée à visiter la ville à pieds : une jolie église française en bois
P1090710
et deux grandes maisons communautaires traditionnelles sur pilotis avec un toit en chaume très haut.
P1090714

En chemin nous rencontrons de sympathiques vietnamiens de la génération qui a apprit le francais. Ils nous emmènent chez eux et nous jouons avec eux d’un étrange instrument de musique en bambou fait maison.
P1090723

Plus tard, nous essayons sans succès de contacter des guides et conducteurs de moto avec l’aide de notre ami Dinh et les nombreux numéros de tél glanés sur les forums.
N'y parvenant pas, nous décidons de partir dès le lendemain et allons nous renseigner à l’arrêt de bus. Comme d’habitude les prix qu’on nous propose sont démesurés aussi nous rentrons à l’hôtel. Nous irons directement à la gare routière demain matin avec nos sacs.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire