16 mai 2012

Aung San Suu Kyi

Les demandes de visas s’effectuant le matin, nos après-midi sont libres et nous en profitons pour retrouver notre ami Ko Pwint. Pendant notre absence il a participé à un atelier de photographie organisé par l’institut français. Il nous raconte les difficultés qu’il a eu à boucler son travail et dit que mercredi soir, tous les élèves présentent leurs résultats. Nous décidons d’aller soutenir notre ami.

Mercredi soir, nous arrivons à l’institut français. Nous passons par une petite cafétéria et un jardin, montons par un escalier extérieur et entrons dans la salle de l’atelier. Une quinzaine de jeunes birmans sont là, assis par terre et affairés autours de leurs ordinateurs portables dans une atmosphère détendue et sympathique. Nous sommes les seuls visiteurs et allons nous présenter au professeur.

P1140684La présentation commence : chaque série de photo est présentée sous forme de diaporama accompagné d’une bande son. Certains sont très intéressants comme l’histoire en photo d’un vendeur de tickets de bus sur une ligne où les véhicules ont plus de 60 ans ! Notre ami présente l’histoire de la dame qui prépare le thé dans sa rue. Pour d’autres le sujet sera un chômeur reconvertit en astrologue de rue, une femme de ménage de 15 ans, plusieurs enfants ou familles qui vivent des ordures ou du recyclage dans une décharge. Une série porte sur un garde du corps d’Aung San Suu Kyi, la célèbre ex-opposante au régime militaire.

Même si les photos ne sont pas parfaites, les thèmes abordés sont très émouvants car ils correspondent à une réalité que nous côtoyons chaque jour.

A la fin de l’exposé le professeur explique qu’il invitera tout le monde à boire du vin après qu’ « elle » soit venue voir l’exposition. Curieusement il emploie plusieurs fois le terme « elle » sans jamais nommer la personne. Nous pensons à un vice-consul à l’ambassadeur…

En réalité il s’agit de la célèbre Aung San Suu Kyi, « the lady » qui viendra assister à l’inauguration d’une exposition de photos ici même ! Nous revenons donc le lendemain et effectivement nous voyons de près la célèbre icône du pays débarquer dans la petite cafétéria de l’institut pour regarder une petite expo photo amateur, montée à la hâte avant son arrivée et dont le sujet n’est autre qu’elle-même ! « Elle » qui a reçu un prix Nobel et qui, par conviction, a choisi de passer de longues années enfermée, alors qu’elle aurait pu à tout moment renoncer et rentrer libre à Londres où sa famille l’attendait.

Quelques autres personnalités sont présentes comme l’ambassadeur mais personne ne s’intéresse à eux ! La star c’est « the lady » suit le professeur de photo à travers la cafétéria. Ce jour là, tellement de photos d’elle ont été prises qu’il y aurait de quoi organiser plusieurs autres expos ! Après cette petite visite, un cocktail privé est organisé dans la salle de l’atelier où nous étions la veille, et nous prenons congé, laissant nos amis avec leur professeur.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire