15 mai 2012

Retour à Yangon, demande de visas pour la Chine

Nous arrivons au terminal de bus de Yangon vers 4h du matin. Nous trouvons deux touristes pour partager avec nous les 8€ de taxi et arrivons au centre ville (Sule Pagoda) vers 5h. La dernière fois nous étions dans la guesthouse la moins chère de la ville (pour 10$ sans petit déj). Cette fois-ci nous montons en gamme et allons chez « Daddy’s home », une guesthouse fort sympathique, où nous avons une petite chambre sans SDB mais avec la clim et le petit déj pour 15$.

P1140023 Bien que nous arrivions à l’hôtel vers 5h30 du matin, on ne nous fait pas payer la première demi-journée. Plus tard je comprendrai que l’heure normale de check-in est généralement 6h en Birmanie. Après seulement une heure de sommeil, nous nous réveillons pour remplir le long dossier de demande de visa pour la Chine. A 9h je suis à l’ambassade française où mon nouveau passeport est prêt. Je conserve l’ancien dont les feuillets sont pleins car il comporte l’indispensable visa Birman. Pendant ce temps Vineta fait la queue à l’ambassade de Chine mais alors que je m’apprête à la rejoindre, je la vois revenir : l’ambassade de Chine est fermée !

Nous y retournons le lendemain et sommes les premiers devant la porte, bien en avance. Etant donné la fermeture de la veille beaucoup de gens arrivent, juste avant l’ouverture. Nous avons beau attendre juste devant la porte fermée, une femme vient s’intercaler dans le petit espace entre la porte et nous, pour passer la première. Les portes tardent à s’ouvrir et les birmans se comportent comme des animaux : grattant à la porte, scrutant l’intérieur de l’ambassade par le moindre petit trou, criant, tapant… je vous passe les détails. Lorsque la porte s’ouvre c’est une bousculade incroyable. Les plus vulgaires sont les gens qui travaillent pour une agence de tourisme : ils n’hésitent pas à passer devant tout le monde. Nous avons beau être arrivés les premiers on nous donne le numéro 18. Après encore une bonne heure d’attente au chaud les portes de la salle des visas s’ouvrent. Le premier arrivé au guichet est un employé d’agence. Il présente une vingtaine de demandes de visas ce qui prend du temps. Plutôt que d’attendre 18 tours je passe en force après lui faisant valoir bien haut que je suis arrivé le premier à 7h du matin. Personne n’ose rien dire.

Les pièces à fournir pour notre demande de visa n’étant précisées nulle part j’ai apporté autant de documents que possible : du compte en banque au certificat d’assurance. Mais mon dossier est refusé : « revenez avec une réservation d’hôtel et un billet d’avion ». Je crois alors que nos deux dossiers sont refusés car celui de Vineta est moins complet que le mien, mais avec surprise, je vois l’employée valider le dossier de Vineta sans discuter !

Je repars donc bredouille mais soulagé car le dossier de Vineta était beaucoup plus difficile que le mien à faire passer à cause du manque de pièces ! Je conclus qu’ils ont soit un problème avec la France, soit qu’ils décident aléatoirement d’emmerder les gens.

Le lendemain je reviens avec une fausse lettre d’invitation imprimée. Je subis un interrogatoire interminable et ce n’est que pour aller accabler un pauvre Philippin que mon interlocuteur m’abandonne laissant mon dossier accepté !

J’avais demandé un visa express (25$ de plus) mais cela m’est refusé. On me dit que ce n’est possible que pour les visas « normaux ». Pour une raison qui m’échappe ma demande de visa L touristique ordinaire est « anormale ».

4 jours ouvrés plus tard, c'est-à-dire à la veille du départ nous récupèrerons les passeports avec les visas ! Quant au pauvre Philippin, il devra réitérer sa demande à Singapour car comme pour nous à Séoul on lui demande une carte de résident en Birmanie.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire