29 juin 2012

Trek dans la jungle et les villages de minorités ethniques autour de Luang Namtha

Nous partons de bonne heure avec un groupe sympathique principalement francophone. Première étape : le marché chinois où notre guide achète les ingrédients pour nos repas. Puis nous allons à la rivière pour une première journée de Kayak qui sera suivie de deux jours de marche en forêt.

Le kayak est façon avantageuse de découvrir cette grande forêt. Au fil de la journée, alors que nous nous enfonçons, la jungle devient plus épaisse et les arbres de plus en plus hauts.
P1140258
Nous faisons plusieurs pauses pour nous rafraichir dans la rivière.
Nous nous arrêtons sous un magnifique figuier géant chargé de grosses figues rouges que nous dégustons sur place.

Plus loin nous nous arrêtons dans un village où des dizaines d’enfants se baignent bruyamment. A notre arrivée ils se précipitent vers nos kayaks en criant et en sautant de joie. Nous faisons une pause en visitant ce village de l’ethnie Lanten.
P1140315
Voici Vineta et Coralie qui par le plus grand hasard se sont habillées pareil : P1140318
Nous reprenons notre navigation et, vers midi, nous déjeunons au bord du fleuve. Le guide coupe des grandes feuilles de bananier qui nous servent de table.
P1140335
Après ce premier repas typique (voir l’article suivant consacré aux usages gastronomiques) notre guide coupe des branches pour confectionner des cannes à pêche pendant que son assistant ramasse des vers de terre.

Nous nous arrêtons un peu plus loin pour pêcher à la ligne depuis les kayaks.
Dans l’après midi nous nous amusons en descendant les courants rapides de plus en plus nombreux. Ils alternent avec les passages où les rochers affleurent. La solidité des kayaks est mise à rude épreuve !

En fin de journée nous arrivons au village Sopsim (ethnie Khmu ou Kamu) où nous allons passer la nuit. Les villageois ont construit une maison pour les visiteurs. Juste en face se trouve le point d’eau du village construit par une ONG australienne. Les villageois s’y succèdent pour se laver, faire leur lessive ou la vaisselle.

A notre tour, nous y faisons notre toilette devant tout le village. Pour les hommes c’est assez facile, les femmes par contre doivent se laver tout en se dissimulant derrière un sarong (comme les hommes le font en Birmanie) ce qui requiert une certaine habileté que seule l’expérience permet d’acquérir.
P1140360
Nous partons ensuite visiter les hauteurs de notre village qui est construit sur une pente. P1140373 Au sommet se trouvent des dizaines de cabanes toutes identiques sur pilotis, très similaires aux maisons traditionnelles du nord des Philippines. Etrangement cette partie du village semble inhabitée et ces cabanes sont beaucoup plus petites que le reste des maisons. De quoi s’agit-il ? des huttes pour touristes pendant la haute saison ?? Pas du tout, nous apprendrons plus tard qu’il s’agit des greniers à riz qu’on construit ainsi pour les protéger des risques d’incendie. Il y en a un pour chaque famille.

P1150496 Nous dinons tous ensemble avec les chefs du village. Pendant un long moment nous observons avec amusement d’un côté notre groupe de touristes qui discute en anglais et de l’autre le guide qui parle avec les chefs du village. Les deux groupes pourtant assis autours de la même « table » s’ignorent parfaitement et certains « voisins de table » vont même jusqu’à se tourner le dos. Finalement Vineta se lance, posant magistralement une question sur le village. Lorsque le guide commence à répondre elle l’interrompt, précisant que la question s’adresse au chef du village, mettant ainsi le guide dans une position d’interprète. Le dialogue est établi mais dès qu’un silence se fait, le brouhaha en anglais reprend. Mais Vineta relance à chaque fois le dialogue et progressivement tout le monde rentre dans la discussion. Ce rôle d’animateur incombe normalement au guide et n’est pas évident. Plus tard nous serons impliqués dans l’organisation de telles activités touristiques.

Nous dormons dans une famille et retrouverons notre groupe pour le petit déjeuner.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire