23 février 2011

Deux jours au refuge ‘el Padrino’ à Puerto Williams

De retour à Puerto Williams, nous allons directement au Padrino où nous retrouvons Cecilia, la propriétaire en compagnie de 3 jeunes américains. Il y a 8 jours, Cecilia que nous avons rencontrée dans la rue, nous a invités à laisser nos affaires inutiles dans son hostel, prendre une douche et utiliser la cuisine. On se sent vite chez soi dans ce ‘refuge’, en réalité une petite maison bien confortable avec plein de chambres dortoirs pour 2 à 4 personnes, un salon cuisine douillet chauffé au feu de bois. Cette fois-ci nous dormirons ici. D’ailleurs Cecilia nous a gardé ‘notre’ chambre, celle dont nous avons utilisé un placard pour laisser nos affaires.
Nous prenons l’apéritif tous ensemble. Cécilia apporte du Pisco Sour avec de la purée d’avocat à ail sur des crackers (recette simple à retenir), puis ils partent tous au restaurant nous laissant seuls à la maison. C’est la première fois depuis longtemps que nous avons une maison et une cuisine équipée avec en plus tous les condiments, etc… nous en profitons pour faire un bon diner.
Le lendemain, nous profitons bien de la maison où nous serons seuls toute la journée. Au petit déjeuner, Vineta me surprend en préparant de succulentes crêpes.
P1100567
Nous invitons Cecilia à déjeuner et en conversant je lui demande si on peut trouver les fameux crabes Centolla, la spécialité locale. Dans l’après midi elle nous apporte des énormes crabes tous frais péchés par un ami. Nous les cuisons et préparons ensemble une mayonnaise maison.
P1100571
Nous nous régalons pour le diner.
Le lendemain, de nouveaux hôtes nous rejoignent au Padrino et nous les invitons à finir le crabe avec nous. Il y en a tellement que nous ne terminerons pas tout ! Après déjeuner nous partons visiter Puerto Williams et son musée.
Puerto Williams est une toute petite ville. Sa population est majoritairement composée de familles de militaires en poste pour 5 ans.
P1100581
Il y a ensuite un peu d’activité à l’aéroport et au Yatch Club avec des touristes qui payent 2000€ pour un aller retour de 4 jours au Cap Horn. Les commerces sont rares. Cecilia fait partie de ces quelques personnes qui ont passé toute leur vie ici. Elle connait tout le monde ainsi que chaque coin de l’ile. En suivant ses conseils, nous passons le matin à l’armada (la marine militaire chilienne) pour demander si un bateau pourrait nous emmener jusqu’au Cap Horn, malheureusement sans succès.
Puis je vais comme chaque jour au centre d’appel (fermé à chaque fois), dans le village pour essayer de téléphoner, car ici pas d’internet.
Après deux jours au Padrino, nous campons deux nuits à proximité de la ville en attendant le bateau, hebdomadaire.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire