10 janvier 2012

Trajet de DaNang à Hue - le mauvais côté du Vietnam

Le lendemain nous partons pour la ville de Hue. Malheureusement arrivés à la gare on nous dit qu’il n’y a pas de train avant 23h. Nous partons donc à la recherche de la gare routière. Les gens parlent très peu anglais mais à force de demander le chemin, nous parvenons à monter dans un bus pour la fameuse gare routière. Arrivés là une jeune vietnamienne rencontrée en route nous accompagne à la recherche du bus pour Hue.

Nous arrivons devant une sorte de minibus et notre amie demande pour nous deux billets. Mais à notre grande surprise on lui propose un tarif de 75 au lieu des 50 normaux alors qu’elle est Vietnamienne. De toute évidence c’est un tarif spécial étranger. Nous ne nous l’acceptons pas et laissons même partir le premier bus bientôt remplacé par le suivant. Mais les mêmes rabatteurs vulgaires et très très agressifs restent et vont même jusqu’à faire monter le tarif de 75 à 100. Lorsque nous renonçons et partons à la recherche d’un autre bus, ils nous rattrapent et proposent un tarif de 75. Nous cédons car nous avons déjà laissé partir un bus et qu’il se fait tard. Erreur ! Le bus est à moitié plein et roulera au pas pendant plus d’une heure pour essayer de se remplir. En plus les rabatteurs détestables montent avec nous. Le trajet est horrible avec cet odieux personnage juste devant nous. Il prend son temps pour remplir le bus et lorsque nous voulons descendre pour aller aux toilettes il s’interpose et il faut le bousculer pour forcer le passage.

Arrivés au terminal de bus, de Hue des taxis veulent nous conduire au centre. C’est une chose quotidienne que d’être harcelés par des chauffeurs de taxi, moto ou autres véhicules. Ma réponse est non. Puis le tarif descend tout seul de 100 à 60 et nous finissons par accepter. 4km plus loin, arrivés au centre ville, nous avons plusieurs adresses d’hôtels et de guesthouse très sympa dans une petite impasse. Fatigués par le trajet, nous allons au premier sur la liste. C’est un hôtel où nous sommes accueillis par une vieille femme. On m’avait dit « si tu négocies bien, ce sera 10$ ». Je demande le tarif à la vieille dame qui tient l’hôtel et elle m’annonce directement 10$. J’accepte sans discuter. En effet, après toute cette tension, ce trajet en bus qui a failli tourner à la bagarre, la sérénité de l’hôtel et le sourire de la dame nous font du bien.

La prochaine fois nous éviterons ces minibus pour prendre soit le train, soit les grands bus d’une compagnie réputée.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire