07 août 2010

Floresta Naciona do Tapajos - communauté indienne dans la jungle amazonienne

Le lendemain nos amies françaises partent pour trois jours en excursion dans la jungle. Quand nous apprenons que, comme nous elles vont dans les communautés indiennes de Flo Na nous décidons de les accompagner. C'est un peu plus cher, mais 3h de pirogue seront plus agréables que la journée de bus en repassant à Santarem que nous avions prévue. De plus nous pouvons laisser une partie des affaires à la posada.
Finalement nous serons 20 dans le bateau, majoritairement français (l'effet guide du routard).

Le premier jour, l'ambiance est très touristique mais avec des rencontres sympa. Après un an de voyages seul, c'est bon de rencontrer d'autres routards.
Le deuxième jour, tout le monde repart découragé. Les conditions très spartiates, les fortes pluies... mal informées et donc mal équipées, même nos amies françaises écourtent leur séjour. A l'inverse, nous sommes bien équipés et nous décidons de rester plus longtemps que prévu (4 nuits).

P1020035
Nous sommes dans la communauté indienne Jamaraqua, une centaine de personnes au cœur de la réserve FloNa. Bata, 49 ans est notre guide. Très compétent, il aime et respecte cette nature qu'il connaît si bien, et, malgré la barrière de la langue (portugais) il nous apprend beaucoup de choses. Son œil exercé localise bien mieux que nous les animaux en forêt et lors de nos nombreuses balades il nous montre macaques, oiseaux, papillons, insectes... Il attire les macaques en imitant leurs cris et sait aussi imiter beaucoup d'oiseaux. C'est un type attachant qui travaille sans relâche, ne boit plus et ne fume pas, il vit avec ses 13 enfants et sa femme, Sohoko.
P1020043
Cette dernière dirige la famille et gère tout. Avec ses filles elle s'occupe de la cuisine et de l'approvisionnement.
P1020053
Sur la photo, après être partie de la communauté avec le bus de 4h du matin pour acheter tout ça, elle l'a transporté (on se demande comment) en bus et jusqu'au bord de la rivière où elle attend que son mari vienne la chercher en pirogue.

Le village est un ensemble de cabanes et d'abris très simples en bois et feuilles comme celui sous lequel nous dormirons. Les conditions de vie sont assez spartiates mais les indiens vivent ainsi, ils partagent ce qu'ils ont et ne peuvent offrir plus.
P1130089
Mais malgré les apparences, vous allez voir que tout n'est pas si rustique.
En effet, il y a un réseau d'eau filtrée et même l'électricité dans la maison principale pour alimenter d'énormes frigos. Par ailleurs il y a un troupeau de vaches, le poisson est abondant et des poulets se baladent librement autour et même à l'intérieur des maisons. Mais figurez-vous que le poulet que nous mangeons ici a été élevé en batterie !!! En effet, pour faire du bénéfice, les indiens vont jusqu'à la ville pour vendre cher leurs poulets "bio". Puis ils reviennent à la réserve avec des filets de poulet bon marché achetés en grande surface !
Curieusement il n'y a aucune culture. Il est vrai que le sol est sablonneux dans le village, mais pas partout autour comme nous l'avons vu lors de nos promenades dans les collines. Est il vraiment nécessaire d'importer tous les fruits et légumes ?
Sokoho a le projet d'installer des toilettes en dur pour mieux accueillir les touristes.

Nous faisons plusieurs ballades dans la jungle et d'autres en canoë.

P1020028
Ceci est une fourmilière. Passez votre main dessus, en quelques secondes elle est noire de minuscules fourmis. Écrasez les en vous frottant les mains sur le corps, vous obtenez un répulsif naturel contre les moustiques. Curieusement ça sent bon !

P1010862
Un fromager géant

P1010830
Des petits caïmans : il faut arriver par derrière et saisir la tête. Ils ne sont pas agressifs (cf. 21 juillet, on a quand même dormi avec les caïmans).

P1020026
Une araignée dans la forêt

P1020042
Une petite araignée (parmi une centaine au plafond) en train d'en dévorer une grosse pendant que nous aussi prenons notre repas... juste dessous !

P1010798
Ici, le niveau de l'eau peut varier très vite, jusqu'à 30cm en une journée ce qui est suffisant pour rendre méconnaissable le rivage. Nous traversons en canoë cette magnifique forêt immergée.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire