03 septembre 2010

Panique !

Peu après avoir quitté le camp, nous apercevons d'autres humains. Nos amis Laura et Andrew qui ont eu la drôle d'idée de partir avec leurs lecteurs mp3 ont peur de se les faire voler et Walter renvoie Lucio au camp pour surveiller les affaires et préparer le déjeuner.
Nous continuerons donc avec lui seul. Mais après quelques heures je vois son niveau de stress augmenter : d'abord il parle moins, puis il commence à marcher de plus en plus vite. Quand il commence à changer de direction, il n'y a plus de doute, il est perdu, nous sommes perdus dans la jungle !!

Nous sommes partis légers comme nous l'a conseillé Walter. Sans nos poches à eau et notre filtre car il était sensé "s'occuper de tout". Nous avons pris seulement une petite bouteille d'eau pour cette promenade de quelques heures.

Partis de bon matin, nous commençons à regarder le ciel avec crainte en nous demandant quand va tomber la nuit. Difficile d'envisager de dormir sans moustiquaire. Il faudrait faire un feu tout autour de nous, mais s'il pleut...
J'ai été bien inspiré d'acheter un guide de survie et de le lire pendant les longues journées en bateau !

Nous épuisons vite nos petites bouteilles d'eau. La marche de plus en plus rapide, la chaleur, les vêtements longs à cause des moustiques, les bottes non respirantes, la transpiration... La bouche sèche, les premiers maux de tête, la fatigue, peu d'urines mais foncées, ce sont des signes de déshydratation.

Walter avance de plus en plus vite. Vineta qui était déjà un peu malade a du mal à suivre et je m'inquiète pour elle. Je propose de faire une pose. Walter ne veut pas s'arrêter et propose de foncer devant puis de revenir nous chercher. Andrew a peur qu'il ne puisse pas revenir et Laura ne veut pas rester derrière. Vineta courageuse décide de continuer et nous ne feront pas de pause.
Andrew qui est le dernier à avoir de l'eau l'offre généreusement à Vineta sous le regard effrayé de Laura qui se dit qu'on n'aura rien d'autre avant demain.

Nous essayons de rejoindre la rivière où Lucio pourra venir nous chercher facilement. Mais la jungle est de plus en plus touffue et il devient très difficile de se frayer un chemin à la machette. Nous cherchons un passage et faisons demi-tour plusieurs fois.


Voir carte GPS.

Les dernières réserves épuisées, je demande à Walter de couper des branches pour remplir une bouteille de cette eau orangée contenue dans les racines.

Nous envoyons des signaux en tapant régulièrement sur les troncs de fromagers avec une branche. Finalement quelqu'un répond à nos appels. Nous sommes sauvés, c'est Lucio qui vient nous chercher !
De retour au camp nous nous jetons sur les bidons d'eau, heureux de s'en être sortis !

Pour oublier la frayeur, nous partons immédiatement en canoë pêcher le piranha.
P1000391
Vineta aura le 1er poisson : un Turunari.
P1000427

Le soir nous retournerons sur le rio, de nuit avec nos lampes. Nous verrons un serpent corail et une raie. Nous pêcherons de la façon la plus archaïque : au harpon (un trident). Le principe est très simple mais il faut être vraiment rapide.

Le soir il y aura nettement moins de moustiques. La nuit sera sèche, le ciel dégagé et je dormirai paisiblement entouré d'écureuils et sans me faire piquer !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire