23 novembre 2010

Les mines d'argent de Potosi

Nous prenons le bus de nuit pour Potosi, l'une des villes les plus hautes du monde (4090m). Grâce à ses mines d'argent exploitées depuis 500 ans, cette ville fut à une époque la plus riche du monde. L'exploitation se poursuit aujourd'hui dans des conditions techniques qui ont peu évoluées depuis l’époque coloniale, où le travail était fait par des esclaves. La mastication des feuilles de coca aide à supporter ce terrible travail souterrain en haute altitude (le Cerro Rico où se trouvent les mines culmine à 4824m). A tel point qu'au XVIème siècle l’église, après avoir déclaré la coca satanique, a encouragé son utilisation afin de faire plus de profit au dépend des esclaves africains qui mourraient en travaillant dans d’atroces conditions.

La visite de la mine n'est pas sans risques comme nous le rappellent nos livres. Nous apportons donc le plus grand soin au choix de l’agence qui nous y emmènera. Nous opterons pour avec la seule agence crée et gérée par des mineurs et nous ne le regretterons pas.
Notre guide, Reynaldo Ramirez Uzeda, nous emmène d'abord dans le quartier des mineurs pour nous équiper. Le matériel est très basique et les mineurs que nous croiserons n'ont pas mieux : bottes en caoutchouc, pantalon et veste imperméables (non respirant), casque et lampe frontale électrique avec une lourde batterie accrochée a la ceinture. Ces vielles lampes encombrantes éclairent infiniment moins que nos frontales à piles ! Un simple foulard autour du cou filtrera l'air.

P1060312Ainsi équipés, nous allons faire des achats. D'abord des cadeaux pour les mineurs : feuilles de coca et catalyseur (une pate qui accélère considérablement l’effet de la mastication), jus d'orange et ce qu'ils apprécieront le plus : de l'alcool potable à 96 degrés ! Enfin, pour la démonstration finale : un bâton de dynamite, un détonateur, une mèche, et du chlorure d'ammonium pour amplifier l'explosion. Et c'est parti, direction la mine !

P1060304La mine s’étend à perte de vue. La montagne (le Cerro Rico) est un vrai gruyère, il y a des centaines d’entrées et les mines communiquent toutes entre elles. Toute la zone est très sale, les ordures jetées par terre se sont accumulées. Malheureusement, depuis 4 mois en Amérique du sud, nous sommes habitués à ce spectacle qui ne nous choque plus.


Comme les mineurs nous donnons un nom à notre groupe. Nous sommes 6 avec Reynaldo, Romain (un parisien très sympa que nous avons rencontré le matin à la gare et que nous recroiserons plusieurs fois dans les mois qui viennent) et deux belges.

Nous entrons dans la mine.
P1060294
Nous sommes dans une des sections les plus modernes, équipée de tuyaux d'air comprimé capable d'actionner un marteau piqueur. Mais cette utilisation est très rare probablement à cause de son coût et le travail se fait principalement à la main. Cette mine est une coopérative, les mineurs travaillent seuls ou en petit groupe et vivent de la vente du minerai qu’ils récoltent.
P1060219
D'autres mines sont privées et salarient les mineurs, mais ici le rêve est entretenu par l'exemple d'un mineur devenu richissime.

A mesure que nous nous enfonçons, l'air devient moins respirable. Dès que l’on accélère le pas, il devient difficile de récupérer son souffle au travers du foulard en tissu, aussi beaucoup de mineurs ne s’embarrassent pas d'une telle protection.
Les poutres en bois qui soutiennent la voûte sont en très mauvais état, beaucoup sont partiellement rompues et la voûte commence à s'affaisser. Nous progressons en marchant la tête baissée lorsque la hauteur le permet, parfois à genoux ou même en rampant.
P1060260Les mineurs que nous rencontrons ont entre 23 et 52 ans. La plupart a commencé à travailler vers 13 ans. Certains ont commencé la journée à 5h ce matin et il est 16h. Notre visite est une distraction pour eux et ils apprécient nos petits cadeaux, surtout l'alcool à 96 degrés. Ils nous expliqueront, et tenteront de nous démontrer que c'est moins nocif que la bière ou le whisky.
Un lourd chariot sur des rails endommagés permet de sortir le minerai. C'est vraiment très lourd à déplacer, même à quatre : deux personnes poussant et les autres tirant avec des cordes.
P1060271
Le chargement et déchargement du minerai sont des opérations très éprouvantes, d'autant plus que cela remplit l'air de poussière le rendant irrespirable.
P1060279
Dans certains secteurs il fait très froid, mais la température monte facilement jusqu’à 45 degrés dans les galeries les plus étroites.
P1060232Les mineurs passent plus de temps éveillé dans la mine qu'à l'extérieur, ils nous racontent qu'à l'âge de la retraite beaucoup n'arrivent pas à se faire à la vie à l'air libre et préfèrent retourner à la mine. Souvent ils tombent malades et leur santé se dégrade rapidement. Les mineurs ont leur propre divinité, fruit d'un syncrétisme religieux. C’est le Tia (nom dérivé de la prononciation Quechua de l'espagnol "dios") qui règne quelque part entre le ciel et l'enfer, notions introduites par les espagnols.
P1060291
Comme on le voit sur la photo, les mineurs l'honorent en toute occasion apportant des offrandes comme : cigarette, alcool, coca, boissons et nourriture... bref tout ce que les mineurs aiment consommer.

La visite de la mine nous a permit de bien nous rendre compte de ce qu’est la vie et le travail dans ce monde souterrain. Ce qu’on avait du mal à l’imaginer juste avant est maintenant une réalité bien concrète ancrée dans nos esprits. Pendant quelques heures nous avons vu le quotidien des mineurs, nous avons discuté avec eux, rampé et transpiré en respirant le même air. Certains étrangers poussent l'expérience jusqu'à aller travailler un mois à la mine comme ce médecin français dont notre guide, Reynaldo nous a parlé.


Après la visite de la mine nous passons aux travaux pratiques : manipulation de dynamite. On prend le bâton de dynamite, on l'ouvre, l'intérieur contient une pâte verte semblable à du wasabi. On coupe cette pate verte en 3 morceaux pour en faire une sorte de boule comme si c’était de la pâte à modeler. On plante le détonateur dedans, et on enfonce la mèche. On place le tout dans un sac plastique contenant le chlorure d'ammonium. Après avoir allumé la mèche, on a environ 2 minutes et boum !


Notre guide nous conduit à l'usine où le minerai est raffiné avant de quitter le pays pour être transformé en argent à l'étranger.
P1060311

Aucun commentaire:

Publier un commentaire