26 juillet 2010

En route pour Macapa !

Dimanche matin, on part pour Macapa. Ce sera notre vraie première étape au Brésil (Oiapoque étant apparemment considérée par tous comme une ville frontière complètement à part). Pour atteindre la ville, on a une longue distance à parcourir à travers la forêt amazonienne (voir la trace GPS). Le problème est que la route est loin d être terminée et la plus grande partie du chemin se fait sur une piste. Or, on est à la fin de la saison des pluies. La piste a été bien ravagée pendant toute la saison et aujourd'hui, même si les pluies sont plus rares, elles sont d'une violence toute tropicale. La durée annoncée du voyage en bus oscille entre 6h et 30h. On peut prendre le bus ou un 4x4, plus cher. Nous partons du principe que si la route est bloquée par un bus, le 4x4 ne pourra pas passer et optons pour la première solution, plus économique.
Nous partons donc le matin en espérant prendre le bus de 10h (on nous avait dit la veille que les bus ne partaient plus que le matin) en espérant arriver le soir pas trop tard pour être accueillis par notre hôte brésilien.
Nous faisons nos adieux à Stetho qui rentre du travail à 8h en nous offrant des médicaments potentiellement utiles pour la suite du voyage. Après avoir traversé en pirogue, nous arrivons à Oiapok. Le bus climatisé de la "bonne" compagnie Amazontur est plein, le suivant par à 12h. Une autre compagnie, Busscar propose un départ à 11h. Le bus est vraiment pourri, sans clim mais nous voulons vraiment arriver tôt alors nous le prenons.
Un taxi nous conduit à la gare routière où l'on voit partir le bus de 10h, complet, avec des français bien sympas qu'on reverra par la suite. A 11h30 notre bus arrive. Il est réellement pourri mais on l'aime bien. Tant mieux car on va y passer 18h.
flickrLe début de la route se passe bien et on en profite pour dormir car on sait qu'après ce sera difficile. Rapidement on passe du bitume à la piste, et là le chauffeur fait des trucs incroyables avec son bus. Je ne savais pas que c'était possible ! Bien sûr au bout d'un moment on finit par s'embourber ainsi que les bus devant et derrière nous. Ainsi on rattrape rapidement le bus de 10h, on le double même à un moment et on aperçoit derrière une vitre pleine de condensation, les passagers frigorifiés qui tentent de se réchauffer en se couvrant jusqu'au cou. Vu de notre bus c'est plutôt rigolo. En effet il fait frais dans cette immense forêt qu'on ne quittera pas, donc pas besoin de clim, c'est même plutôt agréable de rouler avec toutes les vitres ouvertes.
Bon, on n'en est pas sortis !!
Essayez de pousser un bus !!La technique pour sortir un bus embourbé est toute simple : le camion devant le tracte avec une corde, ensuite à nous de tracter le suivant avant de partir. Bon il faut quand même récupérer la corde donc ça prend pas mal de temps chaque fois. Mais comment fait le premier camion, celui qui n'a personne devant lui ?? Eh bien les passagers poussent et ça prend 4h. Le temps que tous les bus du matin se retrouvent bloqués au même endroit !

flickr



flickrPlus tard il se met à pleuvoir, une pluie tropicale, d'une intensité incroyable. Voila qui va considérablement rallonger notre parcours. Je prends une photo depuis la fenêtre du bus : les petits indiens, pas du tout perturbés par cette pluie se mettent à jouer au foot.
video corde.

Un peu plus loin le cortège s'arrête sans raison apparente. Après discussion il apparaît que deux camions ont été braqués et on hésite à continuer. Détail important : depuis notre départ on est complètement isolés : personne ne s'est amusé à équiper l'Amazonie de relais GSM et personne n'a de téléphone satellite, donc pas de communications. Finalement après un moment, on décide de continuer en convoi. Les bus avanceront donc avec les camions en formation serrée, même très serrée. Vous avez déjà vu des tarés vous coller sur l'autoroute, en ville vous avez remarqué que les bus s arrêtent souvent à 15 cm l'un de l'autre, eh bien là c'est pareil mais avec un roulis et des creux indescriptibles dans la piste.

La nuit tombe et c'est là qu'en étant astucieux on peut transformer un bus pourri (mais avec l'avantage d'être à moitié vide) en lit digne des firsts d'Airfrance (en termes d'inclinaison, pour la propreté, c'est autre chose). La plupart des sièges s'inclinent mais comme le système d'arrêt est mort ils tombent sur le siège suivant (où alors c'est exprès mais ça ne fonctionne pas sur tous). Inclinez à l'horizontale les sièges devant et derrière vous, vous disposez d'un lit de 2m, bien plat à condition de bien vous positionner. Calé entre la ligne des sièges voisins d'un côté et les fenêtres de l'autre, vous êtes confortablement installé et suffisamment calé pour ne pas sentir le roulis. Ensuite c'est comme à l'avant d'un bateau à moteur qui tape fort. Il ne faut pas être trop sensible mais même avec la pire piste on peut s'endormir.

On nous annonce une arrivée à 21h puis 3h puis 6h. Finalement à l'arrivée du bus on prendra un taxi et Alexandro, notre hôte brésilien nous attendra en bas de chez lui à l'arrivée du taxi !!
On trouve difficilement nos mots en portugais pour exprimer notre gratitude surtout lorsqu'il nous propose une douche et un bon lit ! Comme nous sommes deux il nous offre même son lit pour dormir sur un matelas.
Merci Alexandro

Aucun commentaire:

Publier un commentaire