27 juillet 2010

Visite de Macapa

Alexandro est un hôte hors pair. Il nous emmène partout dans Macapa et en plus il nous invite partout. Avec lui, il faut lutter pour payer quelque chose, et j'avoue que jusqu'ici j'ai été plutôt mauvais. Il va falloir trouver un moyen de se rattraper !
flickrMacapa est une ville bordant l'Amazone, proche de son delta. Le fleuve est tellement large qu'on se croirait au bord de la mer. De plus la marée est impressionnante, tellement qu'il y a un terrain de football dont on voit a peine les goals à marée haute. On y joue dès que la marée baisse.
La ville a la particularité d'être traversée par la ligne de l'équateur (matérialisée par un monument). Un terrain de football a été bâti là, une moitié dans chaque hémisphère.

mImpressions en vrac : Il fait chaud et humide, mais si on évite de sortir à midi c'est plutôt agréable. Les maisons, fenêtres, balcons sont toujours protégées par des grilles mais nettement plus fines qu'en Guyane. Un gros cadenas ferme la grille en bas de notre immeuble. Il n'y a de feu rouge que pour les voitures, il y a des trottoirs et des passages piétons mais on préfère marcher dans la rue. Il faut dire que les "trottoirs" sont très inégaux et discontinus. Je suppose que c'est à chaque propriétaire de construire le bout de trottoir en face de chez lui. Un coup c'est juste du sable, ensuite de la boue et hop un trottoir nickel, puis de l'herbe... Quand il pleut la rue ressemble à une rivière. Les voitures foncent et les piétons se prennent de grosses vagues. On voit souvent d'énormes cafards dans la rue. Et les poubelles sont perchées en haut d'une barre de fer d'un mètre pour les protéger des animaux.
Niveau écologie c'est comme en Guyane, les gens jettent tout dans la nature sans vergogne. Pourtant ici il y a un semblant de tri sélectif (4 corbeilles de couleurs différentes).

flickrAlexandro est vraiment sympa. Il parle un peu français et anglais, on communique en mixant 4 langues. C'est amusant de voir une lettone et un brésilien parler français ensemble ! On visite le fort, le monument de l'équateur, un musée d'artisanat... On rencontre Marcello qui n'est pas italien mais brésilien moitié japonais.
A la maison Regiani, la colocataire de Alexandro cuisine de délicieux plats locaux...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire